Il faut que tu me comptes parmi nous

16,0 

Catégories : ,

Description

« À chaque jour suffit son poème. Dans le contexte du confinement obligatoire actuel, je vous propose d’imprimer cette image et de l’afficher à votre fenêtre ou sur un mur de votre choix, visible par vous autant que par les voisins, les passants, les absents. Il changera tous les jours. Les clefs qui ouvriront toutes les portes s’appellent crayons, gommes et papier blanc. »

C’est avec ces mots que, du 20 mars au 8 mai 2020, durant les cinquante jours de confinement forcé dû au Covid-19, j’ai envoyé une fenêtre par jour, depuis mon bateau-atelier, comme pour mieux respirer un air conditionné, à près de deux cents personnes autour de moi. Maigre consolation pour les uns, soutien pour le courage des autres, la série de linogravures a tout de même été vue aux fenêtres de près de quarante d’entre ces correspondants, entre Bruxelles et Genève, en Gaume comme en Australie. « La poésie est inutile, un peu comme la pluie », disait René-Guy Cadoux. On va voir ça.
— Timotéo Sergoï

Il faut que tu me comptes parmi nous — Cinquante poèmes en quarantaine | Les Territoires de la mémoire | Timoteo Sergoï | 120 pages | 2022 | ISBN : 978-2-930408-49-1

Informations complémentaires

Dimensions 12 × 20 cm